Motion « ANIMATEURS CULTURELS : UN INVESTISSEMENT POUR L’AVENIR DES JEUNES DE LA REGION »

Motion « ANIMATEURS CULTURELS : UN INVESTISSEMENT POUR L’AVENIR DES JEUNES DE LA REGION »
Motion « ANIMATEURS CULTURELS : UN INVESTISSEMENT POUR L’AVENIR DES JEUNES DE LA REGION »

Assemblée plénière du 18 décembre 2017
Motion présentée par
le groupe écologiste et citoyen EELV et Benoît Biteau

ANIMATEURS CULTURELS :
UN INVESTISSEMENT POUR L’AVENIR DES JEUNES DE LA REGION

A la lumière de l’efficacité de l’enseignement socio-culturel dans l’enseignement agricole, la Région Poitou-Charentes avait décidé de développer sur l’ensemble de ses Lycées des postes « d’animateur culturel ».
L’évaluation du dispositif, auprès de tous les acteurs de la vie lycéenne, est unanime sur l’apport de ces animateurs dans la vie quotidienne et dans l’accès à la culture au sein des lycées.
Titulaires de la fonction publique territoriale cadre C pour une très grande majorité, les premiers d’entre eux ont été recruté il y a 11 ans à raison d’un à 2 animateurs culturels par lycée, en fonction de la taille des lycées, par la région ex-Poitou-Charentes pour des missions d’éducation artistique et culturelle et d’accompagnement à la construction de la citoyenneté, inspirées des professeurs d’éducation socio-culturelle créée dans les lycées agricoles en 1965.
Pionniers des droits culturels, désormais inscrits dans la loi NOTR (e) et la loi de création des Régions, nos animateurs culturels sensibilisent à l’approche de l’altérité, éveillent aux disciplines artistiques et participent à l’ouverture aux cultures plurielles, en luttant contre les préjugés.
Acteurs de la co-construction de projets, ils aident les jeunes à se développer comme individu à travers des ateliers d’expression artistique, qui les placent en situation de réussite, en valorisant leurs aptitudes extra scolaires et leur insertion sociale.
Nous souhaitons rappeler ici la plus-value considérable apportée par ces piliers de l’éducation artistique culturelle et sociale, qui font preuve d’un engagement reconnu par les lycéens, la communauté éducative et tous les partenaires associatifs, culturels et institutionnels qui travaillent quotidiennement avec eux. La région Île de France a d’ailleurs souhaité créer un dispositif similaire avec le développement des médiateurs culturels dans ses lycées et ses universités.
Aujourd’hui repartis sur 90 postes en Poitou-Charentes, la collectivité invoque l’insuffisance de moyens financiers pour généraliser le dispositif, en l’état, à tous les lycées de Nouvelle aquitaine.
Un redéploiement géographique est envisagé, pour répondre à la nécessaire harmonisation.

Ce redéploiement doit nécessairement s’accompagner d’un recrutement de nouveaux animateurs, recentrés en priorité sur des lycées professionnels, des lycées isolés. Si une mutualisation peut être à envisager pour réduire les coûts, on ne peut imaginer une efficience des missions au-delà de 3 établissements par animateurs.
Nous nous félicitons, par avance, de ce qu’une extension du dispositif à toute la région pourra apporter aux jeunes qui jusque-là n’en bénéficiaient pas.
Cependant, pour être efficace, ce redéploiement doit se faire de façon pragmatique, et dans le respect des agents, sans forcer les mobilités et en leur offrant les conditions de travail propices à l’efficience de leurs missions, en évitant le saupoudrage coûteux et contre-productif.
Par conséquent, et au vu de la situation actuelle, un nouveau recrutement significatif d’animateurs nous semble une condition nécessaire pour imaginer une généralisation du dispositif, recentré sur les établissements accueillant des publics considérés comme prioritaires. Le rôle important que joue la culture dans l’apprentissage de la fraternité, de l’humanisme, dans la compréhension de notre société et de ses éventuelles dérives afin d’espérer les atténuer, ne peut souffrir de simples arbitrages financiers. Quand elle s’adresse aux plus jeunes, la culture ne sera pas la variable d’ajustement financier des politiques régionales, bien plutôt la grande bénéficiaire d’une réelle volonté de redéploiement des crédits régionaux.
Les animateurs culturels qui oeuvrent dans nos lycées seront les preuves que nos choix budgétaires reflètent bien notre volonté d’investir en faveur des générations futures.

1 Commentaire

  • MERY Philippe Posted 20 décembre 2017 19 h 16 min

    Bien dit ! On peut pointer la contradiction entre ce qui attend les lycées et les propos de Françoise Nyssen, ministre de la Culture, dans son entretien avec deux journalistes dans « Le Monde », daté d’hier !!!

    Répondre

Ajouter un commentaire :

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs requis sont renseignés d'une *

Ne ratez aucune nouvelle de vos élus régionaux !

souscrire à la newsletter

Pour contacter vos élus :

Léonore Moncond'huy : leonore.moncond-huy@laregion-alpc.fr


Thierry Perreau : thierry.perreau@laregion-alpc.fr

logo-EELV1

Retrouvez-nous sur les réseaux sociaux