L’APD des collectivités : et si on se remettait les idées au clair?

L’APD des collectivités : et si on se remettait les idées au clair?
L’APD des collectivités : et si on se remettait les idées au clair?

Les deux journées où je représentais la Région Nouvelle-Aquitaine aux Rencontres de la Coopération Internationale, organisées par Cités Unies France ont été l’occasion de me remettre les idées au clair sur l’Aide Publique au Développement (APD).

La France (12e au niveau mondial) alloue aujourd’hui 0,38% de son RNB à l’Aide Publique au Développement, dont 1% seulement est couvert par les collectivités. Pour information, tous les pays se sont engagés à porter ce taux à 0,7% pour atteindre les Objectifs du Développement Durable… A l’international, comme en France, on observe une prise de conscience du fait que les ODD ne seront pas atteints sans une contribution accrue des collectivités, notamment car beaucoup des objectifs dépendent directement des compétences décentralisées.


Jusqu’à présent, pour les collectivités françaises, l’APD comprenait les montants alloués pour des projets de coopérations extérieures menés dans des pays en développement. Mais en 2016, de nouveaux items ont été ajoutés, en particulier… les actions de sensibilisation au développement, d’aide aux réfugiés et d’appui à l’accueil des étudiants étrangers. Magie des indicateurs,
en 2016, l’APD des collectivités apparaît en hausse de 40%, en augmentant de 23,3 millions d’euros! Or, à critères constants avant les modifications de 2016 (hors-aide aux réfugiés notamment, qui représente un coût de 48 millions d’euros), l’APD des collectivités accuse en réalité une baisse de 19,5%.

Les collectivités qui se désengagent le plus sont les Régions, dans un contexte de fusion et d’absorption de nouvelles compétences. La Région Nouvelle-Aquitaine reste la 2e Région de France pour les montants qu’elle consacre à l’APD, loin devant l’Ile de France.

Alors que l’objectif annoncé est d’augmenter l’APD française à 0,55% du RNB d’ici à la fin du mandat, le budget national y étant consacré ne connaîtra pas, a priori, de hausse radicale dans les années à venir. Pour atteindre les objectifs, mécaniquement, les collectivités devront y prendre une part importante.

Malgré tout, un contexte général de baisse des recettes des collectivités (en particulier baisse des dotations envers les collectivités) les incite à réduire leurs dépenses dans les domaines de compétences non obligatoires. A l’instar des politiques culturelles par exemple, les politiques de coopération internationale font parfois figure de variable d’ajustement.


Un engagement pour l’aide au développement trop fragile dénoncé par les associations https://www.coordinationsud.org/…/plf-2018-hausse-de-lapd-…/

Ajouter un commentaire :

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs requis sont renseignés d'une *

Ne ratez aucune nouvelle de vos élus régionaux !

souscrire à la newsletter

Pour contacter vos élus :

Léonore Moncond'huy : leonore.moncond-huy@laregion-alpc.fr


Thierry Perreau : thierry.perreau@laregion-alpc.fr

logo-EELV1

Retrouvez-nous sur les réseaux sociaux