Conférence de presse commune élues « Enjeux de gestion de l’eau » – 14 juin 2017

Conférence de presse commune élues « Enjeux de gestion de l’eau » – 14 juin 2017
Conférence de presse commune élues « Enjeux de gestion de l’eau » – 14 juin 2017

 

A l’occasion de plusieurs échéances, le Groupe Local EELV Poitiers-Sud Vienne, notamment par le biais de leurs élues locales Mad JOUBERT (Osons Poitiers) et Léonore MONCOND’HUY (Conseillère Régionale), et militantes associatives (Hélène SHEMWELL), a souhaité porter une voix commune en faveur d’une gestion de l’eau raisonnable, réellement partagée, en mesure de répondre aux bouleversements écologiques qui attendent notre Département. C’est devant le Clain, qui a quasiment atteint son niveau d’étiage, que nous avons pris parole.
Tout d’abord, les élues et militant-e-s ont activement participé à la concertation engagée par la Région Nouvelle-Aquitaine autour de la gestion de l’eau, à Poitiers, ce mercredi 14 juin. Ils se reconnaissent pleinement dans la démarche de large concertation engagée par le Vice Président Nicolas Thierry, qui vise à associer pleinement l’ensemble des usagers de l’eau à la stratégie régionale qui va être construite autour de la gestion de l’eau. Cette démarche se matérialise par des journées de concertation dans quatre sites de la Région, la journée à Poitiers étant la dernière d’entre elles.
Ensuite, nous avons annoncé le dépôt par les militants à la Mairie des Roches Prémarie de l’avis du Groupe Local EELV pour les enquêtes publiques relatives au projet d’implantation de quinze bassines prévues sur les communes des Roches-Prémarie-Andillé, Smarves, Aslonnes, Château- Larcher, Iteuil, Vivonne, Marigny-Chémereau, Marçay, Benassay et Coulombiers. Ces enquêtes s’achèvent le 30 juin.

Plusieurs types d’argumentaires ont été déclinés par les trois intervenantes :

  • De son point de vue d’élue régionale, Léonore MONCOND’HUY a indiqué que ces enquêtes publiques étaient prématurées au regard de la concertation engagée au niveau régional. Celle-ci vise à prendre du recul par rapport aux enjeux locaux, de les inscrire dans une large stratégie, qui structurera notamment les financements régionaux, dont dépendent ces projets.

En outre, le projet des bassines tel qu’il est actuellement présenté n’intègre pas suffisamment les projections liées au dérèglement climatique, qui touchera notre département de plein fouet d’ici à 2050. La volumétrie sur laquelle se base le projet, par exemple, se fonde sur des volumes constants, alors même que cela fait plusieurs années qu’ils ne sont pas atteints.

 

  • De son point de vue, Mad JOUBERT a indiqué des arguments relatifs à la quantité et à la qualité de l’eau. Elle a insisté que le fait que la quantité était de plus en plus fluctuante. Les épisodes de sécheresses se multiplient (5 années en déficit de précipitations sur la dernière décennie), ce qui amène l’Etat à prendre de plus en plus souvent des arrêtés de restrictions et d’interdictions de prélèvement, non plus seulement l’été, mais aussi en automne et en hiver. Même en période hivernale, le remplissage des retenues peut entrainer des incidences négatives sur le niveau des nappes et le débit des sources, jusqu’à de potentiels conflits d’usage de l’eau au sujet de l’eau potable. Le risque concerne également la protection des milieux aquatiques et des zones humides, pour lesquels les compensations nous semblent clairement insuffisantes.

 

  • Enfin, Hélène Shemwell a rappelé qu’au-delà de l’opposition à ces projets, c’est bien un modèle d’agriculture différent que nous soutenons. Nous encourageons l’évolution des cultures de la Vienne vers des modèles moins gourmands en eau, notamment le maïs, pour lequel des alternatives existent et se développent, comme le « maïs population », susceptible de faire réduire la consommation d’eau les producteurs, et augmenter leur autonomie vis-à-vis des gros semenciers. D’autres cultures en protéines végétales moins gourmandes en eau sont également possibles (pois, luzerne…).

Enfin, nous souhaitons porter une interpellation commune envers le gouvernement, et dans l’immédiat envers les candidats locaux de la République En Marche pour les élections législatives, sur le positionnement peu clair vis à vis de la politique de gestion de l’eau qu’ils entendent mener. Nous nous faisons ainsi le porte parole des électeurs écologistes de la Vienne, que cette question préoccupe. Les interpellations aux candidats au cours de la campagne n’ont pas permis d’obtenir des réponses claires. Dans la mesure où ces projets dépendent de financements publics régionaux mais aussi nationaux, quelle sera la position du Président de la République et des futurs députés de son Mouvement vis à vis du financement public des réserves agricoles dédiées à l’irrigation?

 

Ajouter un commentaire :

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs requis sont renseignés d'une *

Ne ratez aucune nouvelle de vos élus régionaux !

souscrire à la newsletter

Pour contacter vos élus :

Léonore Moncond'huy : leonore.moncond-huy@laregion-alpc.fr


Thierry Perreau : thierry.perreau@laregion-alpc.fr

logo-EELV1

Retrouvez-nous sur les réseaux sociaux